Proposition de thèse financée en écologie évolutive à l'Université Pierre et Marie Curie (Paris 6)

Publié le par Doctorants CEBC CNRS

Titre
Etude théorique des conséquences du mode de détermination du sexe sur la dynamique et l'évolution de systèmes proie-prédateur et hôte-parasitoïde : de la population à la métacommunauté.

Résumé
L'objectif de ce travail est de mieux comprendre l'impact des goulots d'étranglement sur la dynamique et les risques d'extinction de populations d'hyménoptères parasitoïdes, et sur l'évolution des stratégies de reproduction. La pertinence de cet objectif repose sur le fait que la détermination du sexe des hyménoptères est à l'origine d'une sévère dépression de consanguinité. Lorsqu'une seule population est concernée, la conséquence est un vortex d'extinction (le Diploid Male Vortex ; Zayed & Packer, 2005, PNAS). Lorsque les populations sont en interaction, comme dans les systèmes hôte-parasitoïde, les conséquences sont inconnues. Elles sont néanmoins potentiellement drastiques compte tenu de la nature instable des dynamiques hôte-parasitoïde, et cruciales dans une perspective de gestion des populations nuisibles à l'aide d'insectes parasitoïdes.
Trois types de modèle seront développés pour aborder cette question : (1) des modèles hôte-parasitoïde déterministes incluant un effet Allee chez les parasitoïdes; (2) des modèles individu-centrés stochastiques intégrant plus de détails sur le choix du partenaire, la dispersion et l'allocation des sexes; (3) des modèles de dynamique adaptative pour aborder les conséquences évolutives du déterminisme du sexe des parasitoïdes.
Environnement
La thèse est financée par le CNRS pour une durée de 3 ans et sera réalisée au sein de l'Université de Pierre & Marie Curie (Campus de Jussieu, 5ème arrondissement). La thèse sera co-encadrée par Thierry Spataro (équipe "Ecologie des populations et communautés" de l'UMR 7625 "Ecologie & Evolution" de l'Université Paris 6) et Isabelle Amat (équipe "Ecologie du Comportement et Dynamique des populations" de l'UMR 5558 "Biométrie et Biologie Evolutive" de l'Université Lyon 1). Elle débutera en octobre 2010. Le salaire mensuel brut s'élèvera à 1757 ¤ (env. 1450 ¤ net).

Le (la) candidat(e) devra avoir de bonnes connaissances en écologie évolutive et un intérêt marqué pour la modélisation.

Vous trouverez un descriptif du programme de thèse et le profil détaillé du ou de la candidat(e) recherché(e) dans le fichier attaché à ce courriel.

Pour toute information complémentaire, contacter:
Thierry Spataro : thierry.spataro@agroparistech.fr
Isabelle Amat : amat@biomserv.univ-lyon1.fr

Merci d'attacher à votre courriel, un CV et une lettre de motivation précisant votre adéquation au profil.

La date limite d'envoi des dossiers est fixée par le CNRS au 30 avril 2010.
Vous trouverez davantage d'informations sur la candidature et le dossier de candidature sur le site du CNRS : https://www2.cnrs.fr/DRH/doctorants-10/
Je vous remercie d'avance de diffuser cette annonce à tout candidat potentiellement intéressé.
Cordialement,
Thierry Spataro

Publié dans Thèses-PhD

Commenter cet article